Adorez mon Fils avec le cœur / P. Slavko Barbarić

SKU: 9789958361715
€9.20
Pošalji na
*
*
Način isporuke
Naziv
Procijenjena isporuka
Cijena
Nema mogućnosti dostave

L’auteur

Le Père Slavko Barbarić, OFM, est né en 1946 dans les environs de Medjugorje. Il a étudié à Sarajevo et à Schwaz et a été ordonné prêtre en 1971. En 1973, à Graz en Autriche, il a reçu sa maîtrise en théologie pastorale et en 1982, à Fribourg en Allemagne, a obtenu son doctorat en pédagogie religieuse.

En janvier 1982, il a commencé à travailler avec les pèlerins à Medjugorje où il a animé de nombreux rassemblements, notamment des retraites de jeûne et prière, des rencontres pour des jeunes, des couples mariés et des prêtres. Pendant presque 20 ans, il a présenté des conférences sur les évènements de Medjugorje sur place et dans le monde entier, a diffusé et commenté les messages de la Reine de la Paix. Il a publié une dizaine de livres sur la spiritualité de Medjugorje, qui sont aujourd’hui traduits dans plus de vingt langues.

Le 24 novembre 2000, ayant achevé la prière du Chemin de croix avec les paroissiens et les pèlerins sur le Mont de la Croix (Križevac) à Medjugorje, il s’est effondré et est mort tout près de la 13e station. C’était un vendredi. Il était 15.30 h.

À propos de ce livre

Ce livre propose une réponse à cette question parfois difficile à résoudre : Que dire à Jésus dans le Saint Sacrement et comment le prier ? Le père Slavko ne nous fait pas ici une suite de conférences sur la prière : il prie avec nous, et c’est ainsi que, sans s’imposer, imperceptiblement, il nous enseigne et nous introduit à la prière. Le livre est écrit « de l’intérieur », c’est un fruit de l’adoration de Jésus dans le Saint Sacrement comme celui de notre rencontre avec lui. Avec simplicité et facilité, le père nous emmène au large et nous porte à la profondeur. Il ne va ni trop loin, pour nous éviter la dispersion, la superficialité ou l’éloignement de la prière, ni trop profond, là où la prière ne serait plus accessible. Par ce livre-prière, le père Slavko nous introduit dans un chemin où nous pourrons continuer à marcher seuls, mais que nous pourrons aussi quitter pour prendre notre propre chemin.

Le livre contient les messages de Medjugorje ainsi que les textes de l’Écriture Sainte. Il ne poursuit pas de grandes idées, ni ne fait de philosophie ; il est conçu dans l’esprit des messages que la Sainte Vierge nous adresse par l’intermédiaire des voyants de Medjugorje. Aussi simple qu’il soit, ce livre ne manque pas de force et contient les fondements théologiques qui nous enracinent dans la prière de l’adoration. À partir de ce point d’appui, l’auteur avance doucement jusque dans les replis ténébreux du cœur humain afin de le libérer.

C’est un livre pour notre temps, une marche vers le cœur de l’homme. Aussi pouvons-nous être heureux d’avoir enfin entre nos mains un livre qui nous enseignera à adorer Jésus dans le Très Saint Sacrement de l’autel et à prier avec le cœur.

L’auteur parle

Voici une des plus belles définitions de la prière : Prier, c’est demeurer avec Dieu dans l’amour !

Il nous est parfois reproché, à nous, chrétiens, de ne connaître que la prière vocale, d’être trop pressés, de ne pas avoir le temps. Ce reproche est peut-être justifié.

Jésus a sévèrement critiqué la prière qui restait au niveau des lèvres, sans opérer de changement dans la vie. Il a aussi critiqué la prière qui se contente de demander la satisfaction de nos besoins. Il a comparé une telle prière à la prière des païens qui ne sera pas exaucée. Notre prière peut, en effet, être une prière « païenne », sans Dieu. Cela arrive lorsque nous demandons à Dieu ce dont nous avons besoin, sans chercher Dieu lui-même, tel qu’il est.

Jésus nous apprend que le Père sait tout, qu’il nous aime et qu’il est prêt à tout donner, et que le plus important pour nous est de chercher sa justice et son Royaume. Tout le reste nous sera donné par surcroît. Cela ne veut pas dire qu’il nous est interdit d’exposer nos besoins, de déverser devant Jésus nos chagrins, de demander de l’aide dans les difficultés. Au contraire, il nous le dit lui-même : Demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; et à qui frappe on ouvrira ! (Mt 7, 7-8)

Mais si notre prière s’arrêtait là, elle serait vraiment une prière païenne qui ne cherche pas d’abord Dieu, mais seulement et exclusivement ce dont nous avons besoin. Dieu est avec nous, non comme un objet à utiliser au moment des difficultés. Il est avec nous pour que nous soyons avec lui en tout temps.

De nombreux chrétiens, convaincus de ne pas pouvoir prier ou de ne pas avoir du temps pour la prière, vivent une crise. Ils essayent de régler leurs problèmes par tous les moyens, et quand plus rien ne marche, ils expérimentent le recours à Dieu. Ainsi réduit au rôle d’une aide en cas d’urgence, une fois les besoins urgents sont satisfaits, Dieu est mis de côté et n’est plus recherché. On peut donc dire que le vrai problème n’est pas la prière elle-même, mais notre attitude envers Dieu, c’est à dire, notre foi.

Il existe de nombreuses formes et manières de prier. La plus habituelle chez nous est la prière vocale, avec beaucoup de mots, de lectures et de chants. C’est une bonne prière, mais elle ne peut plus satisfaire l’âme de l’homme moderne qui est quotidiennement envahie par toutes sortes d’informations, d’images et a donc besoin d’apaisement et de paix pour pouvoir rencontrer Dieu. Nombre de paroles, de chants ou d’invocations ont pour mission d’introduire l’âme et le cœur dans un rythme nouveau, un rythme divin, afin qu’ils puissent demeurer avec Dieu, en paix. La prière d’adoration est la plus adaptée pour cela.

Nous avons dit que toute prière peut n’être qu’une prière « païenne » si, au lieu de chercher Dieu, on ne fait qu’être en demande de quelque chose. La prière d’adoration est une prière particulière. Quand je trouve du temps pour Jésus dans le Saint Sacrement, quand je passe du temps devant lui et avec lui en adoration, c’est que je le cherche, car il est là, il est Emmanuel – Dieu avec nous. Je ne le cherche pas parce qu’il pourrait me donner quelque chose, car il peut m’exaucer. Quand je commence l’adoration, je montre avant tout que c’est lui-même que je recherche, que je le loue, que je lui rends grâce, que je le bénis et le remercie, que je demeure avec lui, car il est le Seigneur.

Les conditions pour l’adoration sont la foi et l’amour. Nous ne pouvons demeurer avec quelqu’un – que ce soit Dieu ou les hommes – en qui nous n’avons pas confiance ou bien que nous n’aimons pas. L’amour et la confiance, comme la sensibilité envers quelqu’un, grandissent quand nous demeurons avec lui. Plus l’amour est grand, moins l’on a besoin de paroles pour se comprendre, plus il y a d’espace pour le silence qui pénètre les profondeurs de l’âme et du cœur, apporte l’apaisement en Dieu lui-même et non dans les choses qu’il a données.







Éditeur : ICMM

Auteur : P. Slavko Barbarić

Langue : Français

Langue de l’original : Croate

Traduction / Relecture : Lidija Paris / Elisabeth Trapp

Publié en 2019

Format : 195 x 120

252 pages